Céline Gaulin

Pratique et Théorie – Arts visuels et Psychologie 

Céline Gaulin

1. Question de Céline Gaulin – Groupe Atelier PEINTURE et INCONSCIENT Perfectionnement – depuis 2009
.

Céline Gaulin Quand savons-nous que la Phase 2 est terminée et que la toile est prête à livrer un sujet significatif ?

Lise Fradet C’est une bonne question. La Phase 1 du processus de création est terminée lorsque l’artiste s’est investi totalement dans l’exécution d’un tableau abstrait. L’abstraction prend forme dans l’expression libre et à travers une énergie créatrice et fondamentale. Don de soi. Quand nous donnons à la toile, la toile nous redonne par des contenus observables des 4 côtés de la toile. Les contenus les plus significatifs sont repérables en fonction des résonances intérieures ; un mystérieux sentiment de reconnaissance en soi qui s’éveille.

Ainsi, les sujets les plus significatifs pour l’artiste peuvent être mit en valeur sur la même toile, par un passage de l’abstraction à la figuration. (Phase 1: Abstraction – Phase 2: Observation – Phase 3: Figuration)

Céline Gaulin La fin de la phase 1 correspond donc à un sentiment de révélation, de vérité et d’épuisement d’un contenu émotif, sans avoir à définir, connaître ou analyser ce contenu. Ce n’est en rien un processus rationnel, mais exclusivement une question d’énergie ou d’impulsion, libérée à l’aide de médiums picturaux. (Et nous avons vu que ces médiums sont déjà porteurs des résonances intérieures. Voir la question 2 de Céline.) La présence d’un sujet significatif, dans la résultante abstraite, est conséquente à cet investissement et à ce sentiment de décharge.

Lise Fradet Je dirais que la phase 1, réalisable via une énergie créatrice et fondamentale, favorise le passage d’un vécu intérieur vers l’extérieur par l’abstraction. L’émotion ressentie lors de ce passage (extériorisation sur la toile), indique souvent qu’il s’agit de contenus authentiques et profonds. À ce stade du processus de création, nous laissons aussi « la main peindre ce qu’elle veut ». Dans ce cadre, c’est l’intuition qui guide la main de l’artiste sur la toile de manière inconsciente. Plus l’artiste se livre à travers le geste pictural (don de soi), sans se soucier du résultat final, plus la toile peut être porteuse de sujets significatifs et profonds. L’intuition est une forme de connaissance immédiate qui ne recourt pas au raisonnement.

Céline Gaulin Comme tu l’abordes donc, dans le développement de ta réponse, le choix du sujet significatif s’effectue par la suite, plutôt par l’écoute des résonances intérieures que par une recherche esthétique ou formelle d’un sujet.

Lise Fradet C’est exact.

Céline Gaulin Le sujet nous apparaît par une image, qui peut être claire ou diffuse, mais face à laquelle un sentiment de reconnaissance est éprouvé. C’est un peu comme si cette image sur la toile entrait en relation avec nous, faisait résonner une partie de nous. Mais je crois que pour que ce phénomène de reconnaissance s’opère efficacement, il doit y avoir eu investissement et vérité dans l’expression abstraite, i.e. que celle-ci puisse avoir été exécutée sans filtre émotif ou jugement esthétique.

Lise Fradet Très juste. En complémentarité, il est possible de visualiser les 3 phases du processus de création en prenant des photographies de l’œuvre au cours de son exécution. Merci Céline pour ces 3 photos de ton tableau de 2013. Elles nous permettent de comprendre davantage la structure du processus de création de Peinture et Inconscient.

 Phase 1 ABSTRACTION                                                         Phase 2 – OBSERVATION
 Réalisation d’un tableau abstrait                                              Observation du tableau des 4 côtés 

 Abstraction - Céline Gaulin                                Observation - Céline Gaulin

Phase 3  FIGURATION                                                              Phase 3  FIGURATION (suite) 
Mise en valeur des sujets les plus significatifs                       Aboutissement de l’oeuvre et titre significatif

Figuration 1 - Céline Gaulin                                Figuration 2 - Céline Gaulin

Céline Gaulin La signification du sujet pourra, par la suite, être mieux comprise de l’artiste lors de la mise en valeur. L’artiste aura alors à se connecter au sujet pour lui donner une concrétisation formelle. Ce dialogue permettra la révélation des contenus du sujet, par des choix picturaux permettant son émergence et en accord avec sa signification.

Lise Fradet Oui, et par le dialogue entre le moi (conscient) et le tableau (inconscient), je recommande à l’artiste de donner un titre significatif à son œuvre aboutie. Par le dialogue, la signification réelle des sujets émerge des profondeurs de l’être, de manière naturelle et sans jugement esthétique. Il arrive aussi qu’un tableau fasse partie d’une série. Dans Peinture et Inconscient, c’est le thème intérieur qui caractérise l’unité et la cohérence de la série dont le tableau fait partie.   Lien/site/Séries : Geneviève Bouchard 

Céline Gaulin L’habilité technique de l’artiste rentre en ligne de compte, selon moi, dans le niveau de clarté qui sera donné à l’expression formelle du sujet et dans la cohérence picturale de l’œuvre.

Lise Fradet En effet, les sujets figuratifs, provenant de l’abstraction (phase 1), puis observés par l’artiste (phase 2), ne sont pas faciles à voir pour autrui. Une mise en valeur des sujets (phase 3) permet de les visualiser. Dans Peinture et Inconscient, l’habileté technique (conscience) est au service des contenus significatifs (inconscient). L’artiste met en valeur les sujets les plus significatifs, dans le respect de l’écriture picturale, en évitant de les dénaturer. Ainsi, le passage de l’abstraction à la figuration, sur la même toile, implique une mise en valeur des sujets authentiques en augmentant les niveaux de clarté.

.

entrevue_suite.

2. Question de Céline Gaulin – Groupe Atelier PEINTURE et INCONSCIENT Perfectionnement – depuis 2009

Céline Gaulin Est-ce que le fait de faire des choix selon nos résonances intérieures (choix du format de la toile, du pinceau, des couleurs, de la méthode d’application) a un impact sur la signification de l’œuvre ?

Lise Fradet Selon ma pratique artistique (depuis 1982), faire des choix basés sur les résonances intérieures a un impact direct sur la signification et la cohérence de l’œuvre picturale. Les résonances intérieures sont importantes à toutes les étapes de la création en vue de l’œuvre finale. Afin de répondre concrètement à ta question, je présente 6 étapes menant à l’aboutissement de la peinture symbolique Air-Terre-Mer-STOP (France 1999-2000).

Étape 1 – Le format

Avant d’entrer dans une production artistique, j’interroge toujours les profondeurs de mon être, ou de mon inconscient, afin de choisir le bon format. En 1999, j’entrais dans une nouvelle production artistique. Je me souviens d’avoir médité longtemps à l’extérieur de la boutique de matériel d’artistes avant de faire mon achat. À cette période, j’aspirais à peindre sur des grands formats. Mon budget étant limité à 3 toiles seulement,  je devais choisir entre le format carré, si attirant, et le format rectangulaire plus conventionnel. En fonction de mes résonances intérieures les plus profondes, j’ai acheté 3 toiles de lin montées sur châssis de 146 x 114 cm (format rectangulaire).

Étape 2 Les couleurs et les techniques de peinture

Pour réaliser une œuvre significative, j’utilise des couleurs qui me concernent de manière significative intérieurement. La sélection des couleurs se fait toujours en fonction de mes résonances intérieures les plus profondes; un mystérieux sentiment de reconnaissance en soi qui s’éveille. Dans ce cadre, Air-Terre-Mer-STOP a été réalisée à l’acrylique dans les tons de terre de Sienne, le noir et le blanc. Les aplats noirs ont été finalisés à l’huile afin d’obtenir un noir absolu et profond (acrylique et huile sur toile).

Étape 3 Les outils de travail et la méthode d’application

Les outils de travail vont de pair avec l’écriture picturale propre à l’artiste. Les interventions sur la toile, profondément ressenties, favorisent l’émergence de sujets authentiques. Dans Air-Terre-Mer-STOP, j’ai utilisé des pinceaux en soie de porc et des chiffons pour l’exécution, puis des pinceaux en poils synthétiques, plus souples, pour la réalisation des aplats (au cours de ma recherche artistique, mon écriture picturale s’est affirmée. À partir de 1991, j’utilisais l’aplat dématérialisé et parfaitement délimité pour m’exprimer).

Étape 4 Le dialogue entre le moi (conscient) et le tableau (inconscient)

Lorsque les 3 tableaux ont été ébauchés, j’ai ressenti le besoin de les photographier. En observant les tableaux originaux, puis les photos, je m’imprègne des forces et des résonances que mes sujets possèdent. À cette étape cruciale de création, le dialogue entre le moi (conscient) et les tableaux (inconscient) est fondamental afin de prendre conscience de la profondeur et la cohérence du travail.

Ébauche

Les 3 toiles au stade de l’ébauche – 1999 – Acrylique sur toile de lin – 146 x 114 cm/tableau

Dans Air-Terre-Mer-STOP, la photographie a été aussi un outil de travail qui m’a permis de regrouper les tableaux de manière significative et cohérente.

 Étape 5 – Le titre de l’œuvre

Lorsque le montage des photos a été réalisé, le titre de l’œuvre Air-Terre-Mer-STOP s’est imposé spontanément à ma conscience comme s’il s’agissait d’un concept déjà existant, mais intériorisé.

Oeuvre finalisée

Air et Terre finalisés – 1999 – Acrylique et huile sur toile de lin – 146 x 114 cm/tableau

Étape 6 – La signification de l’œuvre – Peinture et écriture dans des relations de complémentarité

Au début de l’année 2000, j’ai pris l’initiative d’écrire sur la peinture symbolique Air-Terre-Mer-STOP, car je voulais comprendre la signification profonde de cette œuvre avant de l’exposer. Dans ma recherche artistique, les résonances picturales s’expriment par des mots sur la page dans des relations de complémentarité.

En résumé  Extrait du manuscrit Enquête sur les contenus de l’inconscient :

  • Air se trouve en haut
  • Terre au centre
  • Mer en bas

Air-Terre-Mer-STOP considère le monde dans sa globalité. Cette œuvre est une preuve matérielle d’un monde qui se perd dans sa propre obscurité. Ce n’est pas une représentation ni une illusion, mais un constat. Cette œuvre  comporte un constat du monde d’aujourd’hui et à la fois sa solution. De nos jours, nous avons un travail à faire. Il est temps de sortir de l’obscurité pour entrer dans la lumière.

Air-Terre-Mer signifient les trois territoires de la vie terrestre. STOP veut dire : arrêtez–devenons conscients

Air-Terre-Mer-STOP – 1999 – Hauteur: 4 mètres – Acrylique et huile sur toile

Air-Terre-Mer-STOP – 1999 – Hauteur: 4 mètres    Acrylique et huile sur toile – Par Lise Fradet

Lise Fradet – Et toi Céline, tu participes à l’atelier « La peinture et l’inconscient » depuis plusieurs années. Récemment, ton format et ton écriture picturale (outils et méthode d’application) ont changé. Comment ces choix se sont-ils imposés ?  Te permettent-ils de mieux t’investir afin de créer des œuvres significatives et intériorisées ? 

Céline Gaulin Je crois que les changements, qui se sont observés dans mes œuvres avec le temps, sont directement liés à des changements intérieurs supportés, entre autres, par ma démarche d’artiste comme mode d’exploration intérieure, mais aussi par une confiance en cette démarche et en mes moyens créés par l’expérience.

Lise Fradet Les changements observés dans tes œuvres sont certainement liés à des changements intérieurs. Parallèlement, cinq années de pratique artistique ont contribué à l’épanouissement de ton expression picturale. Ce tableau de 2013 témoigne d’un changement important depuis le début de ta démarche. Dans ce tableau en particulier, comment le choix du format, des outils et de la méthode d’application ont-ils eu un impact sur l’œuvre finale ?

Céline Gaulin

Céline Gaulin – Atelier Peinture et Inconscient, Perfectionnement – Été 2013 – Photo : Lise Fradet

Céline Gaulin Je pense que ces choix sont les premiers éléments de mise en contact avec mes résonnances intérieures et participent à la matérialité de l’œuvre aboutie. Ainsi, avant même de peindre, nous nous plaçons en état de cohérence intérieure, de réceptivité, et le choix des médiums est déjà teinté de ce qui nous habite. Ils ne sont pas que des détails techniques.

Ainsi, si mes œuvres ont évoluées avec le temps, c’est je crois qu’elles reflètent le développement de ce sentiment de cohérence intérieure. Les couleurs, le format de la toile, le mode d’application, sont tous des éléments choisis selon mes résonnances intérieures, donc en adéquation avec mon énergie propre au moment où l’œuvre a été réalisée. Avec l’expérience du processus créatif proposé par « Peinture et Inconscient », j’ai acquis plus de confiance et d’écoute en mes résonnances intérieures, et l’envie de créer selon celles-ci. De plus grands formats me permettent plus d’espace et des outils différents, plus d’exploration. Il en résulte selon moi des œuvres qui ont nécessairement un contenu significatif plus substantiel et étroitement intégré à l’expression picturale.

Céline Gaulin - 2013

L’emprise du dragon – 2013 – 100 x 90 cm – Acrylique sur toile – © Josué Bertolino

Lise Fradet Merci beaucoup Céline pour ce témoignage qui donne du sens et de la cohérence à la démarche.

.
 Liens/site: Processus de création et Dialogue 
.
.
Advertisements